IF YOU WANT TO UNDERSTAND OUR NIGHTMARE, READ THIS BOOK CAREFULLY. SI VOUS VOULEZ COMPRENDRE NOTRE CAUCHEMAR, LISEZ ATTENTIVEMENT CE LIVRE








English version

Douglas A Yates is a professor at the American University of Paris. He has published several books on the Gabonese economy and its politics. One of his most important books is entitled “The French Oil Industry and the Corps des Mines in Africa”, in which he looks at the history of the French oil industry in Africa. This blog highly recommends this book which unfortunately may only have been published in English.

We give you a taste of its rich content by translating in French an interview that Douglas Yates gave soon after the publication of that book. This interview was published by Chatham House in London, in 2015.


Here is the interview:



Question: Your initial preconception when approaching this research was that French oil in Africa was ‘evil’. What changed your view on this? 

Answer: I am still largely an anti-colonialist critic, but researching this book revealed that individuals had different motivations. Africa was very much a side show in France’s competition with the US. The individuals involved were just oil men doing business and were not thinking about damaging Africa. In short, there was no nefarious plot hatched against African countries. The industry was driven by France’s ambition for energy independence, and the consequences happened to be unfortunate for Africa. 

Question: To what extent did you find that state secrets, intelligence, oil and individuals overlapped? 

Answer: The most concrete link, which can be backed up with documentation was Pierre Guillaumat. He had strong influence with the government and created companies which also served as intelligence agencies. During the 1960s, 70s and 80s he was a famous industrial officer, but was also influential in the nuclear industry. Ortoli was another person who was involved in a wide range of activities and industries, including nuclear. France’s industrial policy was often based on strategic rather than commercial goals. 

Question: French dependence on nuclear energy makes uranium strategically important to the country. There are allegations that the coup in Niger in 1974 was instigated because of attempts to renegotiate uranium deals. 

Answer: France gets 75 per cent of its power from nuclear energy, so it has a similar importance to oil. Niger and Gabon are the principle suppliers, and this is run by the Corps des Mines. Foucault’s memoirs, though not necessarily completely reliable, are critical of many figures in the Corps. 

Question: Could you give further details as to how these individual elites were connected by political processes. What was the significance of the crisis of the Fourth Republic and the establishment of the Fifth in the history of the oil industry? Why did de Gaulle keep two national oil champions instead of one? Finally, the collapse of ELF was not just about corruption, but was also about the shift in the attitude of the French state. 

Answer: France was traumatized by its experiences in the First and Second World Wars, which it lost due to a technology gap with its competitors. In the post war years there was a strong impetus on not being dominated by the UK and US. Regarding the two national oil champions, one of the reasons they were not merged was that both had very different corporate cultures. CFP was created as a private enterprise, whereas ELF was a state instrument and more of a colonial tool than a company. It often lost money to pursue the national interest and bore many similarities to China’s national oil company today. The personalities of the two companies also played a role; often they were competing head to head for oil in the Sahara. Ultimately, ELF became so scandalised that the state had to get rid of it, and the name was changed. 

Question: More recently, corruption charges have been brought against African officials in British and French courts. Does this signify a change in foreign policy from one based solely on natural resources to one based on a liberal human rights view? 

Answer: The French state has close connections with African dictators. However, civil society is emerging as an increasingly powerful player. The usual pattern in France is mutually reinforcing: NGOs bring charges, and then the state steps in at the last minute to force the charges to be dropped. So the state benefits by being seen as the ‘saviour’ of the elite while civil society organizations get to promote their agenda. In other words, whilst French foreign policy may appear schizophrenic, such scandal serves the interests of the French state. 

Question: Has there been a significant change in French foreign policy towards Gabon since the change of power? 

Answer: During Omar Bongo’s 42 years in power he managed to ruin the country. His son has undertaken some prestige projects but for the most part there has been continuity in rule. French companies are still playing the same role, and the country’s education, military and finances are closely allied with France. France also gives Gabon diplomatic coverage internationally in return for their diplomatic support. With the increasing influence of China there is the possibility that this could change, as France is now operating in a more competitive market. 

Question: Did the close links between technocrats in the oil industry and senior government figures insulate Africa from wider changes in French foreign policy? 

Answer: The energy sector is technologically intensive and the technocrats involved operate outside of the political channels. Many have tried to tamper with foreign policy and failed. However, the importance of the oil industry is now waning, with the best graduates of the Corps des Mines now generally go into the technology and telecoms industries. 

Question: Have any corrupt African leaders actually been brought to court in France? 

Answer: There is a book out now on the charges against the Bongo family, political figures from the Congo, and Obiang of Equatorial Guinea. There is proven evidence of links to property ownership in France, but France is generally welcoming to these individuals. No one has yet been convicted. 

Question: Could you say more about the role of France in the Angolan oil sector? 

Answer: The deepwater phase in the 1980s first brought Angola to international attention, and once the cold war had ended there was more French involvement in the country. Total operates an offshore rig which is almost completely isolated from the country; they simply pay money to the rulers via an overseas account. There was a recent ‘Angola-gate’ scandal in which arms were being provided through oil money. Those responsible were charged by a group of judges in France, but most of those judges were later sacked. Those implicated were charged but did not serve a sentence.




Version française

Douglas A Yates est professeur à l'Université Américaine de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l'économie et la politique gabonaise. L'un de ses livres les plus importants a pour titre «L'industrie pétrolière française et le Corps des Mines en Afrique», dans lequel il porte un regard historique sur l'industrie pétrolière française en Afrique. Ce blog recommande fortement ce livre qui, malheureusement, n'a été peut être publié qu'en anglais.

Nous vous donnons un aperçu de son contenu enrichissant en traduisant en français une interview que Douglas Yates a accordée peu de temps après la publication de ce livre. Cette interview a été publiée par Chatham House à Londres en 2015.


Voici l'interview:



Question: Votre préconception initiale lors de l'approche de cette recherche était que l’industrie pétrolière française en Afrique était «diabolique». Qu'est-ce qui a modifié votre point de vue à ce sujet?

Réponse: Je suis toujours largement un critique anti-colonialiste, mais la recherche de ce livre a révélé que les individus avaient des motivations différentes. L'Afrique était une scène dans la compétition entre la France et les États-Unis. Les personnes impliquées n'étaient que des pétroliers qui faisaient des affaires et ne pensaient pas qu’ils endommageaient l'Afrique. Bref, ils n'avaient pas l’intention explicite de nuire aux pays africains. L'industrie était motivée par l'ambition d'indépendance énergétique de la France, et les conséquences se sont révélées malheureuses pour l'Afrique.

Question: Dans quelle mesure avez-vous trouvé que les secrets d'Etat, les services de renseignement, le pétrole et les individus, s’entremêlaient?

Réponse: Le lien le plus concret, qui peut être prouvé par des documents, était celui de Pierre Guillaumat. Il eut une forte influence auprès du gouvernement et a créa des entreprises qui servaient également d'agences de renseignement. Au cours des années 1960, 70 et 80, il fut un grand industriel, mais fut également influent dans l'industrie nucléaire. Ortoli fut une autre personne qui était impliquée dans un large éventail d'activités et d'industries, y compris le nucléaire. La politique industrielle de la France reposait souvent sur des objectifs stratégiques et non sur des buts essentiellement commerciaux.

Question: La dépendance française à l'énergie nucléaire rend l'uranium stratégiquement important pour ce pays. Il y a des allégations selon lesquelles le coup d'Etat au Niger en 1974 fut provoqué en raison des tentatives de renégocier les transactions d'uranium.

Réponse: La France obtient 75 pour cent de son énergie à partir du nucléaire, donc cette source d’énergie a une importance similaire à celle du pétrole. Le Niger et le Gabon sont les principaux fournisseurs, et cela est géré par le Corps des Mines. Les mémoires de Foucault, bien pas nécessairement complets ni totalement fiables, sont très critiques envers beaucoup de personnages de ce Corps.

Question: Pourriez-vous donner plus de détails sur la façon dont ces élites étaient liées aux systèmes politiques. Quelle a été la signification de la crise de la Quatrième République et la création de la Cinquième dans l'histoire de l'industrie pétrolière? Pourquoi de Gaulle a-t-il maintenu deux compagnies pétrolières nationales au lieu d'une seule? Enfin, l'effondrement d'ELF ne tenait pas seulement de la corruption, mais aussi d’un changement d'attitude de l'Etat français.

Réponse: La France a été traumatisée par ses expériences pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale, qu'elle perdit en raison d'un écart technologique avec ses adversaires. Dans les années de l'après-guerre, elle a été fortement motivée à ne pas être dominée par le Royaume-Uni et les États-Unis. En ce qui concerne les deux compagnies pétrolières, l'une des raisons pour lesquelles elles ne furent pas fusionnées était qu’elles avaient des cultures d'entreprises très différentes. La CFP avait été créée comme entreprise privée, alors qu’ELF était un instrument d'État ; et plus un outil colonial qu'une entreprise. Elle a souvent perdu de l'argent pour faire avancer les objectifs de l’Etat français ; et a beaucoup de similitudes avec la compagnie pétrolière nationale chinoise aujourd'hui. Les personnalités des deux compagnies ont également joué un rôle; souvent, elles se disputaient l’accès du pétrole dans le Sahara. En fin de compte, ELF devint tellement scandaleuse que l'État devait s’en débarrasser, et le nom a été changé.

Question: Plus récemment, des accusations de corruption ont été portées contre des dirigeants africains auprès des tribunaux britanniques et français. Cela signifie-t-il qu’il y ait une modification de la politique étrangère d'une basée uniquement sur les ressources naturelles vers une base basée sur une vision libérale des droits de l'homme?

Réponse: L'Etat français a des liens étroits avec les dictateurs africains. Cependant, la société civile émerge en tant que force de plus en plus puissante. Le schéma habituel en France met en présence deux entités qui se renforcent mutuellement: les ONG font des accusations, puis l'Etat intervient à la dernière minute pour étouffer et faire abandonner les poursuites. Ainsi, l'État bénéficie de cette situation car il est perçu par ces dirigeants comme étant leur protecteur, leur «sauveur», tandis que les organisations de la société civile parviennent à promouvoir leur programme, leur agenda. En d'autres termes, bien que la politique étrangère de la France puisse paraître schizophrène, ces scandales servent les intérêts de l'Etat français (en lui permettant de se rendre indispensable aux dictateurs Africains).

Question: Y a-t-il eu un changement important dans la politique étrangère de la France à l'égard du Gabon depuis le changement de pouvoir?

Réponse: Pendant les 42 années de pouvoir d'Omar Bongo, il a réussi à ruiner le pays. Son fils a entrepris quelques projets de prestige, mais dans l’ensemble, il y a eu une continuité dans la manière de gouverner. Les entreprises françaises jouent toujours le même rôle, et l'éducation, l'armée et les finances du pays sont étroitement liées à la France. La France fournit également une couverture diplomatique au Gabon à l'international. Avec l'influence croissante de la Chine, il est possible que cela puisse changer, car la France opère désormais sur un marché plus compétitif.

Question: Les liens étroits entre les technocrates dans l'industrie pétrolière et les hauts fonctionnaires ont-ils isolé l'Afrique des grands changements de la politique étrangère française?

Réponse: Le secteur de l'énergie est technologiquement intensif et les technocrates impliqués opèrent en dehors des canaux politiques normaux. Beaucoup ont essayé de modifier la politique étrangère de la France et ont échoué. Cependant, l'importance de l'industrie pétrolière est en train de diminuer, les meilleurs diplômés du Corps des Mines entrent généralement dans les industries technologiques et de télécommunications.

Question: Des dirigeants africains corrompus ont-ils jamais été traduits en justice en France?

Réponse: Il y a un livre qui a été publié sur les accusations contre la famille Bongo, des personnalités politiques du Congo et Obiang de Guinée Equatoriale. Il existe des preuves accablantes de liens de ces personnes avec de nombreuses propriétés immobilières en France, mais la France est généralement bienveillante envers ces gens. Personne n'a encore été condamné.

Question: Pourriez-vous dire un mot sur le rôle de la France dans le secteur pétrolier angolais?

Réponse: La phase d'exploration en eau profonde dans les années 1980 a porté à l'Angola un intérêt international et, une fois la guerre froide terminée, il y a eu plus d'engagement français dans ce pays. Total exploite une plate-forme offshore qui est presque complètement dissociée du pays; ils paient simplement de l'argent aux dirigeants via un compte à l'étranger. Il y a eu un récent scandale «d'Angola gate» dans lequel des armes étaient fournies contre l'argent du pétrole. Les responsables ont été accusés par un groupe de juges en France, mais la plupart de ces juges ont été licenciés plus tard. Les personnes impliquées ont été inculpées mais n'ont pas purgé de peine.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR