GABON STOPPED TAKING AGRICULTURE SERIOUSLY A LONG TIME AGO. IL Y A LONGTEMPS QUE LE GABON A CESSÉ DE PRENDRE L'AGRICULTURE AU SÉRIEUX






English version


The span of an altogether harmless agricultural fair currently taking place in Libreville allows us to once again observe the principle of governance by lies and wishful thinking on the part of Ali Bongo and his team. Indeed, the Gabonese today are more enraged by the persistence of the regime to try tirelessly to manipulate, cheat and intoxicate them with honeyed words and an endless procession of false promises that ultimately become insulting to people plunged into deep and accelerated poverty. When Raymond Ndong Sima, the Prime Minister, speaks of an agricultural resurgence in Gabon, one wonders which Gabon he is talking about. He said that Gabon was moving towards a market oriented agricultural production, really? Where are the indicators? This is the kind of lie that invites us to sett the record straight by providing to all compelling evidence coming to us from academia.

To enlighten the public about the state of agriculture in our country, this blog has looked at a scientific book whose title is: "L'Agriculture Du Gabon 1960-2000", by the author: Viviane Magnagna Nguema. We chose this book because it is available to everyone on the Internet and also because its author cannot be accused of being a member of the partisan opposition, science being science and numbers have no political camp. This is what the book tells us:

• In 2000, the agricultural sector in Gabon accounted for only 4% of GDP, or 138 billion CFA francs for a total GDP of 3606 billions. When we looked at the numbers 12 years later in 2012, the latest report by the IMF about the economic position of Gabon shows the share of agriculture in GDP to be 5%. That is to say, dear readers, that in 12 years, nothing has changed. So, what is Raymond Ndong Sima talking about when he implies that there is a renaissance in terms of agriculture in Gabon?

• The author writes: "The agricultural sector can rightly consider itself to be sacrificed compared to oil ... This area was virtually abandoned in favor of mining and oil since the amount of oil predicted was considered enough to support food imports, leaving still rural populations in absolute poverty." This quote from the author is brutally honest about choices made by Omar Bongo once in power with regard to agriculture. As our elders constantly repeat it, the neglect of agriculture was deliberate and intentional. The facts are unanimous on this point.

• The author writes that in 1960, agriculture accounted for 23% of GDP in Gabon and this figure fell to 4% in 2000. It took just 10 years for Omar Bongo to completely kill agriculture as the data show this to have happen between 1967 and 1977. Worse, the author tells us that in the same time, farming employed almost 50% of the labor force while the Gabonese oil industry only employed 2%. Dear readers, they have killed the livelihood of nearly half the country's population. Indeed, according to the book, in 1968 when farming was expending in Gabon, approximately 50% of the active population lived from agriculture. In 1993, which represents a peak in production, the mining and petroleum sector combined for a total number of Gabonese employees of 7485, a paltry number.

• Speaking of cash crops, evidence of official neglect becomes downright criminal. The author tells us that cocoa was the culture that gave the most important figures and that Cocoa was cultivated in the Woleu Ntem as experts had found that the climate was conducive to optimal production. The author shows us figures telling us that between 1950 and 1960, cocoa production in Woleu Ntem had tripled and this success was due to two factors: the technical work of the Colonial Department of Agriculture with farmers, by providing methods of hybridizing high yield plants. A Center of multiplication of elite cocoa was created in Oyem; and especially the ability for farmers to maintain their capital to invest in ways to fight against plant pests. The book tells us that these methods gained the support of local people who saw to increase the resources they could draw from these cultures. Dear readers, for comparison, can we ask Raymond Ndong Sima if Olam's method is perceived as beneficial by the people in 2012?

• The book divides cocoa production between 1960 and 2000 in three distinct phases:

a) There is the period from 1960 to 1975, when there was growth in production.
b) The period from 1975 to 1993 where there was lower production
c) from 1993 to 2000, a drop in production.

In clearer terms, between 1960 and 1975, cocoa production would double in Gabon, with the maximum being exported in 1971. Between 1975 and 1993, the output fell by 75%, a disaster. From there on it was the death of the sector. But for this blog, perhaps the most damning aspect is why production fell. The author tells us that the Gabonese government had given as an explanation, the rural exodus. The government has sought to justify the fall by saying that it is the farmers who voluntarily abandon their plantations; the principle here is to accuse farmers to be responsible for their own downfall. But the author also collected testimonies from farmers who say something different. It is clear from these interviews that the government simply abandoned farmers. Processing products were no longer available and more damaging still; the prices paid to farmers were often below their expectations for Cocoa as well as coffee despite international prices rising. It was as if they wanted to discourage farmers by leaving them unsupported in the culture of a cash crop for which the state became the sole purchaser and payer. Here is a testimony from the book which sums it up for this blog: "in our 1992 survey, farmers reported refusal to repurchase their production by the Fund (cocoa, coffee). The reason given was the amount too high of limited qualities... This led them to abandon crops in the villages around the city of Bitam."

Dear readers, when Caisse Cacao-Cafe, which is there to assist farmers, first stops playing this role by not providing technical assistance and plant protection products and refuses to buy their crops, considering that they must work all year 7 days a week; how can we conclude otherwise but that it was a deliberate decision to kill the industry?

We will wait for Raymond Ndong Sima to explain scientifically how things have changed in Gabon, to the point where he would pretend now that there is a market culture in Gabon!






Version française


Le temps d'une foire agricole somme toute anodine ayant cours en ce moment à Libreville nous permet une fois de plus d'observer le principe de la gouvernance par le mensonge et le vœu pieux, de la part d'Ali Bongo et de son équipe. En effet, les gabonais aujourd'hui sont plus qu'excédés par la persistance du régime en place à tenter sans relâche de les manipuler, flouer et intoxiquer grâce à des paroles mielleuses et un cortège interminable de fausses promesses qui ne deviennent en définitive que des insultes envers les populations plongées dans une misère profonde et accélérée. Quand Raymond Ndong Sima, le Premier Ministre, parle d'une résurgence agricole au Gabon, on se demande de quel Gabon parle t-il. Il a déclaré que le Gabon était sur la voie de la production agricole de marche; ah bon? Où en sont les indicateurs? Voici le genre de mensonge qui nous invite à mettre les pendules à l'heure en renvoyant tout le monde aux données irréfutables qui nous sortent des académies.

Pour éclairer l'opinion sur l'état de l'agriculture dans notre pays, ce blog a consulté un ouvrage scientifique dont le titre est: "L'Agriculture Du Gabon 1960-2000", et l'auteur: Viviane Magnagna Nguema. Nous avons choisi cet ouvrage car il est consultable par tous sur internet aussi parce que son auteur ne peut être accusé d'être membre de l'opposition partisane, la science étant la science et les chiffres n'ayant pas de camp politique. Que nous dit cet ouvrage:

• En l'an 2000, le secteur agricole au Gabon ne représentait que 4% du PIB du Gabon, soit 138 milliards de francs CFA pour un PIB total de 3606 milliards. Quand nous avons examiné les chiffres 12 ans plus tard en 2012, le dernier rapport économique du FMI a propos du Gabon place la part de l'agriculture dans le PIB du Gabon à 5%. C'est-à-dire chers lecteurs qu'en 12 ans, rien n'a changé. Alors, de quelle renaissance parle Raymond Ndong Sima en termes d'agriculture au Gabon?

• L'auteur écrit ceci: "Le secteur agricole peut à juste titre se considérer comme sacrifié par rapport à celui du pétrole… Ce secteur a été pratiquement abandonné au profit des activités minières et pétrolières, dans la mesure où la manne pétrolière évaluée était assez consistante pour soutenir les importations de denrées alimentaires, laissant tout de même les populations rurales dans une pauvreté absolue." Cette citation de l'auteur est brutalement honnête à propos des choix qu'a faits Omar Bongo une fois au pouvoir en ce qui concerne l'agriculture. Comme ne cessent de le répéter nos anciens, la négligence de l'agriculture a été délibérée et voulue. Les faits sont unanimes sur ce point.

• L'auteur écrit qu'en 1960, l'agriculture représente 23% du PIB du Gabon et ce chiffre tombe a 4% en 2000. Il a juste fallu 10 ans à Omar Bongo pour tuer complètement l'agriculture comme le démontrent les données de l'ouvrage entre 1967 et 1977. Plus grave encore, l'auteur nous dit que dans les mêmes temps, l'activité agricole employait presque 50% de la population active du Gabon alors que l'activité pétrolière n'en employait que 2%. Chers lecteurs, on a donc tué le gagne pain de près de la moitié de la population du pays. En effet d'après l'ouvrage, en 1968 au moment où l'activité agricole était croissante au Gabon, environ 50% de la population active vivait de l'agriculture. En 1993 qui représente un pic de production, les secteurs miniers et pétroliers combinés n'employaient au total que 7485 gabonais, un nombre dérisoire.

• Parlant de la culture de rente, l'évidence de négligence des autorités devient carrément criminelle. L'auteur nous dit que le cacao était la culture qui donnait les chiffres les plus importants et que ce Cacao était cultive dans la province du Woleu Ntem car les experts avaient trouvé que le climat y était propice à la production optimale de cacao. L'auteur nous met face à des chiffres qui nous disent qu'entre 1950 et 1960, la production cacaoyère dans le Woleu Ntem va tripler et ce succès est dû à 2 facteurs: Le travail technique du Service de l'Agriculture Coloniale auprès des paysans en leur fournissant des méthodes d'hybridation de plants a haut rendement. Un centre de multiplication des cacaoyers d'élite fut créé à Oyem; et surtout la capacité des paysans à conserver un capital leur permettant d'investir dans les moyens phytosanitaires de lutte contre les parasites. L'ouvrage nous dit que ces méthodes obtinrent l'adhésion des populations locales qui virent s'accroitre les ressources qu'elles pouvaient tirer de ces cultures. Chers lecteurs, a titre de comparaison, peut-on demander à Raymond Ndong Sima si la méthode Olam est perçue comme bénéfique par les populations en 2012?

• L'ouvrage scinde la production cacaoyère entre 1960 et 2000 en trois phases distinctes:

a) Il y a le période de 1960 à 1975, où il y a eu croissance de la production.
b) La période de 1975 à 1993 où il y a eu baisse de la production
c) 1993 à 2000, chute de la production.

En termes plus clairs, entre 1960 et 1975, la production cacaoyère du Gabon va doubler, avec le maximum exporté étant enregistré en 1971. Entre 1975 et 1993, la production chute de 75%, une catastrophe. Ensuite c'est la mort du secteur. Mais pour ce blog, le fait le plus accablant est la raison pour laquelle la production a chuté. L'auteur nous dit que gouvernement gabonais avait donne comme explication, l'exode rurale. Le gouvernement a voulu justifier la chute en disant que ce sont les planteurs qui ont volontairement abandonne leurs plantations; le principe consiste ici à accuser les cultivateurs d'être responsables de leur propre déchéance. Mais l'auteur a aussi recueilli des témoignages de planteurs qui eux disent autre chose. Il ressort de ces interviews que les pouvoirs publics ont simplement abandonne les paysans. Les produits de traitement phytosanitaires ne furent plus disponibles et plus dommageable encore, les prix payés aux paysans étaient souvent en deçà de leurs attentes aussi bien pour le Cacao que pour le café et ce malgré des cours internationaux à la hausse. Tout se passait comme si on voulait décourager les planteurs en les laissant sans assistance dans un système de culture de rente ou l'état était devenu le seul acheteur et payeur. Voici un témoignage tire de l'ouvrage qui résume tout pour ce blog: "au cours de notre enquête de 1992, les paysans ont mentionné le refus de rachat par la Caisse (cacao-café) de leur production. La raison évoquée était la quantité beaucoup trop grande des qualités limites… Ceci les a conduit à abandonner les cultures dans les villages autour de la ville de Bitam."

Chers lecteurs, quand la Caisse Cacao-Cafe, qui est là pour assister les planteurs, dans un premier temps ne joue pas ce rôle en ne leur fournissant pas l'assistance technique et les produits phytosanitaires, puis refuse d'acheter les récoltes des paysans qui doivent travailler toute l'année 7 jours sur 7, comment peut-on conclure autrement qu'une décision délibérée de tuer le secteur?

Nous attendons que Raymond Ndong Sima nous explique scientifiquement comment les choses ont changé au Gabon, au point où il prétendrait qu'il y aurait désormais une culture de marché au Gabon!

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR