DOES THE GABONESE GOVERNMENT KNOW WHAT SCHOOLS ARE FOR? LE GOUVERNEMENT GABONAIS SAIT-IL A QUOI SERVENT LES ECOLES?






English version


Following the decision by the Gabonese government to make 2000 pupils attend high school in a football stadium, this blog like many Gabonese parents and observers, remains baffled by such negligence from a government. This decision is proof that in 3 years, Ali Bongo has failed to invest in the education infrastructure of the country while indulging in frivolous spending of billions of CFA francs in such activities as the New York Forum Africa and a very expensive boat race. If we considerer the 2000 students currently being sent to school in a stadium because of the lack of proper schools in the country, these students would need 67 classrooms to be built with a capacity of 30 students in each. However, in 3 years, Ali Bongo has not been able to build 67 classrooms which could have been built with the money used to buy Pozzo di Borgo in Paris, the Kennedy house in Washington, or with the cost of The New York Forum Africa and the boat race.

Given the clear lack of attention and investment in education, by the Ali Bongo regime, this blog is questioning whether this regime knows what schools are for in a country. Every Gabonese parent must ask the question "why the government is not providing schools for my children?" Education has a unique role in providing the conditions which enable human societies to innovate and change. Without schools, each generation would have to begin from scratch or remain largely unchanged for centuries. Schools are therefore institutions with the very specific purpose of promoting the acquisition of knowledge. It is the French philosopher Michel Foucault, who said that schools along with hospitals were institutions of surveillance and control in a society; they disciplined pupils, normalized knowledge and health in the population. These institutions role is therefore to improve the human capital of a country. This is something that most parents understand and is why parents, sometimes at great sacrifice, especially working class parents in Gabon, have historically tried to keep their children at school for longer and longer periods, so they could receive more education and therefore have better chances in live. Schools exist to transmit a certain body of knowledge, and a certain set of values, to young people. They prepare and train the children of the community for occupations deemed useful to society. Since the economy is the central institution of modern life, it is therefore crucial for schools to outfit young people with the skills that are most needed for economic success.

Ali Bongo and his regime can be heard frequently making speeches in which they demand more “excellence” for students, more “accountability” for teachers etc. Meanwhile, when we look on the ground, public education in Gabon continues to suffer from a lack of investment. How can Ali Bongo ask for performance when students are still learning in very difficult conditions? Education is tied to the making of a good society. The essentials of a good society are a wise and healthy people and a supportive culture. All else is derivative. The renewal of this culture requires an educated population. There is reciprocal relationship between the society and education. How can Ali Bongo say that he wants Gabon to become an emerging economy by 2025, if he does not make the proper investment in education? How can Gabon compete and prosper in the global knowledge economy, if its students are being educated in substandard circumstances. Instead of arbitrarily and creating more problems for pupils and parents by neglecting to build adequate schools, the Gabonese government needs a new strategy to harness the power of education to fuel economic growth and help create a more equitable society. If the Ali Bongo regime does not know what it could do to help Gabonese education, this blog can provide this simple suggestion: provide ALL communities with the material and human resources they need to ensure that their schools will become excellent places of learning.

Students are not the only ones suffering in Gabon; teachers across the country are also complaining about their working conditions. Clearly, the Ali Bongo regime is failing to address core issues having to do with the allocation of resources to key sectors like education. Ali Bongo cannot demand quality and commitment if his government does not pay teachers adequately or provide classrooms for students. Ultimately, it is the young learner in the classroom whose future is at stake; and their future is the country's future.




Version française


Suite à la décision prise par le gouvernement gabonais de faire apprendre 2000 élèves de 6ième dans un stade de football, ce blog comme beaucoup de parents gabonais et observateurs, reste déconcerté par une telle négligence de la part d'un gouvernement. Cette décision est la preuve qu'en 3 ans, Ali Bongo n'a pas investi dans l'infrastructure d'enseignement du pays, tout en faisant des dépenses frivoles de milliards de francs CFA dans des activités telles que le Forum New York Africa et une course de bateaux très couteuse. Si l'on considère les 2000 enfants en cours d'envoi à l'école dans un stade en raison de l'absence de bâtiments adéquats dans le pays, ces élèves ont besoin de 67 salles de classe avec une capacité de 30 élèves chacune. Toutefois, en 3 ans, Ali Bongo n'a pas été en mesure de construire 67 salles de classe qui auraient pu être construites avec l'argent utilisé pour acheter Pozzo di Borgo à Paris, la maison Kennedy à Washington, ou avec le coût de son Forum et la course de bateaux.

Étant donné le manque d'attention et d'investissement dans l'éducation, par le régime Ali Bongo, ce blog se demande si ce régime sait à quoi servent les écoles dans un pays. Chaque parent gabonais doit se poser la question "pourquoi le gouvernement ne fournit pas les écoles pour mes enfants?" L'éducation a un rôle unique consistant à réunir les conditions qui permettent aux sociétés humaines d'innover et de changer. Sans écoles, chaque génération devrait recommencer à zéro et les choses resteraient largement inchangées pour des siècles. Les écoles sont donc une institution dont le but très précis est de promouvoir l'acquisition de connaissances. C'est le philosophe français Michel Foucault, qui a dit que les écoles ainsi que les hôpitaux étaient des institutions de surveillance et de contrôle dans une société, car elles disciplinent les élèves et normalisent la connaissance et la santé de la population. Ce rôle est donc d'améliorer le capital humain d'un pays. C'est quelque chose que la plupart des parents comprennent et c'est pourquoi ces derniers, parfois au prix de grands sacrifices, surtout les parents de classes modestes au Gabon, ont toujours essayé de tenir leurs enfants scolarisés le plus longtemps possible, afin qu'ils puissent recevoir plus de formation et aient donc de meilleures chances dans la vie. Les écoles existent pour la transmission d'un ensemble de connaissances et de valeurs, aux jeunes. Elles préparent et forment les enfants de la communauté pour des professions jugées utiles à la société. Puisque l'économie est le moteur de la vie moderne, il est donc crucial pour les écoles d'équiper les jeunes des compétences nécessaires à la réussite économique.

Ali Bongo et son régime régulièrement dans leurs discours, demandent plus «d'excellence» aux élèves, plus de "responsabilité" aux les enseignants, etc. Cependant, quand on regarde sur le terrain, l'éducation au Gabon continue de souffrir d'un manque d'investissement. Comment Ali Bongo peut-il demander plus de performance lorsque les élèves sont contraints d'apprendre dans des conditions très difficiles? L'éducation est liée à la réalisation d'une bonne société. Les éléments essentiels d'une bonne société sont un peuple éduqué et en bonne santé et d'une culture de soutien. Tout le reste n'est que dérivé. Le renouvellement de cette culture exige une population instruite. Il existe une donc relation réciproque entre la société et l'éducation. Comment Ali Bongo peut-il dire qu'il ferait du Gabon un pays émergent à l'horizon 2025, s'il ne fait pas de bons investissements dans l'éducation? Comment le Gabon pourrait devenir concurrentiel et prospérer dans l'économie mondiale du savoir, si ses élèves sont scolarisés dans des circonstances non conformes aux normes. Au lieu d'arbitrairement créer plus de problèmes pour les élèves et les parents en négligeant de construire des écoles adéquates, le gouvernement gabonais a besoin d'une nouvelle stratégie visant à exploiter la puissance de l'éducation pour alimenter la croissance économique et aider à créer une société plus équitable. Si le régime Ali Bongo ne sait pas toujours ce qu'il pourrait faire pour aider le système éducatif gabonais, ce blog peut faire cette simple suggestion: fournir à TOUS les élèves les ressources matérielles et humaines dont ils ont besoin pour s'assurer que leurs écoles deviendront d'excellents endroits d'apprentissage.

Les étudiants ne sont pas les seuls à souffrir au Gabon, les enseignants se plaignent également de leurs conditions de travail. De toute évidence, le régime Ali Bongo ne parvient pas à maitriser les questions fondamentales ayant trait à l'allocation des ressources aux secteurs clés comme l'éducation. Ali Bongo ne peut pas exiger de la qualité et de l'engagement, si son gouvernement ne paie pas les enseignants de façon adéquate ou ne fourni pas des salles de classe aux élèves. En définitive, c'est l'avenir du jeune apprenant qui est en jeu, et son avenir est aussi l'avenir du pays.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE